non
Flagstrap Demo



non

Articles Mneseek



version anglaise



Duke Ellington



Duke Ellington (de dos)... entre 1940 et 1942


Cet article est la suite d'un article déjà paru sur Mneseek : La naissance du Mouvement Noir Américain, de la Reconstruction à l'Aube Noire. Reprenons d'abord ce qui a déjà été dit : l'importance de l'Eglise, la maison, les champs : coton, sucre, riz et d'autres types de plantations variant géographiquement. Alors que l'esclavage avait été déclaré illégal, il continuait à exister presque partout mais avec un nouveau nom : le métayage, grâce auquel on trimait toute la journée dans des conditions inhumaines pour une portion des profits ou de ce qui était produit – souvent une bien piètre portion de la production, et de la plus mauvaise qualité. Cela est encore le cas aujourd'hui, non seulement dans le Sud des Etats-Unis, mais dans tout le pays et aussi dans d'autres pays du monde. La seule différence était qu'avant l'adoption des lois sur les droits civils par la Cour suprême des États-Unis, le système de métayage était maintenu par des lois étatiques et par des organisations criminelles telles que le Ku Klux Klan et d'autres groupes de suprémacistes blancs racistes. Les trous perdus et les ruelles étaient les berceaux des mouvements culturels connus sous le nom du Mouvement Noir, également appelé la Renaissance de Harlem. Les conditions précaires susmentionnées ont poussé les gens à quitter le Sud en masse et à partir ailleurs au cours de différentes périodes, emportant avec eux leurs traditions culturelles, partout où ils allaient. En raison de la ségrégation et des lois qui l’appuyaient, appelées lois « Jim Crow », les Noirs, et en fait TOUTES les personnes de couleur, étaient discrètement contenus et, dans certains cas et lieux, maintenus de force dans leurs propres communautés. L'expression « Séparés mais égaux », qui est devenue plus tard connus comme «séparés mais pas égaux», est devenue la règle de droit. Donc, les gens ont dû s'adapter et s'ajuster et, en raison de telles conditions, ont développé leurs propres moyens de se divertir. Ironiquement, à l’époque et même aujourd’hui, les blancs affluaient souvent en masse dans le quartier «noir» de la ville, achetaient souvent de la musique et de l’art noirs, et utilisaient des spectacles et des groupes de musique noirs pour se divertir.

Comme je l'ai déjà mentionné dans l' article précédent, le Mouvement Noir Américain ne s'enracinait pas à un seul endroit et ne se limitait pas à un seul endroit. Il avait ses racines dans tout le sud des États-Unis, où se concentraient de nombreux esclaves nouvellement libérés. Ces esclaves ont migré pendant une période connue sous le nom de la « Grande Migration ». On considère que la Grande Migration s'est produite pendant la Grande Dépression, mais la première vague s'est produite juste après la fin de la reconstruction et environ 10 ans après l'avènement de Jim Crow. C’est pendant cette période que les anciens esclaves se sont réinstallés, soit individuellement, soit comme des familles entières, commençant souvent par une seule personne ayant émigré ailleurs pour ensuite faire venir des membres de la famille, quand ils avaient les moyens. Ils sont allés à Chicago, Détroit, Philadelphie, New York, Boston, San Francisco, Minneapolis, Milwaukee et la migration s'est même poursuivie vers le Canada, l'Europe, l'Amérique du Sud, le Moyen-Orient, l'Extrême-Orient et le Proche-Orient. Le gouvernement américain a encouragé et même parrainé des mouvements de réinstallation en Afrique - le Libéria moderne en est le résultat. Des personnes telles que Marcus Garvey et W.E.B. DuBois a parfois préconisé ce programme. Chacune de ces destinations aux États-Unis avait son propre mouvement et sa propre renaissance culturelle, qui variait en fonction de l'endroit où les individus étaient arrivés. En termes simples, ces différences ont abouti au son de Philadelphie, au son d’Atlanta, au son de Memphis, etc.

Des genres tels que le ragtime, le ménestrel, le vaudeville, qui sont attribués aux blancs, mais ont leurs racines dans les émissions de ménestrel noir, mettant en vedette des blancs ET des noirs dans « blackface », ont prospéré. C'étaient des versions de la vielle école de variétés proposant de courtes pièces de théâtre, des chansons, des spectacles de danse, avec beaucoup plus de puissance que les spectacles vaudevillistes gérés par les blancs. Josephine Baker, Bessie Smith et de nombreux autres acteurs et musiciens ont commencé dans de tels spectacles de ménestrel. Ces styles ont influencé le rythm and blues, le gospel, le jazz et, plus tard, le swing. (Swing, qui a connu son heure de gloire dans les années 30 et 40 avec des tubes d'Ella Fitzgerald, de Billie Holiday, de Duke Ellington, de Louis Armstrong et de nombreux autres artistes ayant transité par la célèbre salle Roseland Ballroom et le théâtre Apollo à New York, avec les Mighty Mighty Bostonians, le Brian Setzer Orchestra, les zippers Squirrel Nut, etc.).


Le théâtre Apollo, New York



Le théâtre Apollo, New York, 1922



L'une des inventions qui ont permis de diffuser les sons du mouvement était le lecteur de disques phonographique. Presque toutes les grandes villes américaines dotées d'un pouvoir d'achat avaient des maisons de disques. Cependant, ces maisons de disques étaient principalement basées à New York, à Philadelphie, Boston, Washington, ou avaient leurs maisons mères là-bas - Columbia, Atlantic, etc. Il y en avait quelques-unes dans le Sud et le Midwest, la ville principale étant Memphis, avec des labels à la Nouvelle-Orléans, à Atlanta, à Birmingham, à Nashville, à Chicago et plus tard à Detroit, qui s'est fait connaître avec la naissance du Motown Sound.

Je ne prendrai pas la peine de mentionner les acteurs célèbres pendant cette période car, comme aujourd'hui, être noir n'était pas vraiment une bonne chose à Hollywood. Hollywood était à l'époque, principalement financée par des gangsters de New York - on peut faire des recherches sur Wikipedia pour en savoir plus sur tout ce drame et sur le racisme de l'époque. Cela dit, une industrie cinématographique a toujours réussi à se faire jour sous la forme de films à faible budget et moins connus, alors connus sous le nom de « Coon Flicks » (« Coon » étant un terme raciste pour les noirs). Je suppose que l’on pourrait appeler cela une ironie cruelle, que l’industrie du film noir est toujours florissante et s’est répandue dans le monde entier, parallèlement à l’industrie du film blanc. Les plus grandes sociétés de production appartiennent à Tyler Perry, Oprah Winfrey et T.D. Jakes (curieusement, pasteur de plusieurs méga églises aux États-Unis).



Il est important de noter (et cela est rarement noté par les gens des arts et les communautés noires) que la scène de théâtre noire connaît actuellement une renaissance, avec des pièces en train de ressusciter ou de « peaufiner » les spectacles de ménestrel ou de la période de la Renaissance de Harlem. Les nouvelles pièces inspirées de la Bible et d’autres livres sacrés sont populaires auprès de tous les acteurs, réalisateurs et réalisateurs noirs, certains produits par Tyler Perry (le réalisateur / scénariste / producteur / employeur le plus influent aux États-Unis), Oprah Winfrey, ou TD Jakes. Ces pièces de théâtre, émissions de télévision et films se sont avérés très populaires aux États-Unis et à l'étranger - au chagrin de Hollywood - , cruelle ironie. Les « joueurs » de « Hollyhood » (surnom hollywoodien à cause de tous les transactions sales faites dans les coulisses) ont tout mis en oeuvre pour écraser la popularité de tout ce qui est noir - et cette attitude prévaut dans l'industrie aujourd'hui - mise au premier plan dans le récent scandale du piratage Sony.

Tout cela et tout le reste mentionné dans l'article précédent sera poursuivi dans le prochain. :) Restez à l'écoute pour la troisième partie.

Déni de responsabilité: Ce sont les opinions de l'auteur et non d'un autre, bien que certaines personnes puissent les partager. Pour plus d'informations sur certains des sujets visités, consultez Google et Wikipedia.



Marian A.B.


Merci à Lisa pour la traduction de l'anglais au français.



www.mneseek.fr (partage de liens internet culturels)




Connectez-vous ou inscrivez-vous pour pouvoir poster une note


triangle















Partager cet article sur facebook :
Facebook share
ou
Partager cet article par email
Conditions Générales d'Utilisation