non
Dernières contributions Le projet Inscription Mon espace Dernières contributions
La culture participative

non


Articles Mneseek

Trajectoire Internet


version anglaise






Les steppes. Au milieu, Samarcande, Ouzbékistan. Rêves de voyages, ne serait-ce qu'immobiles.
Les œuvres d'art islamiques, en raison de leur caractère non figuratif, ont quelque chose d'une beauté pure. Entrelacs, mosaïques... , le bleu, bien sûr.

Voyage au pays de Samarcande.

La nécropole de Shah-i-Zinda se situe à Samarcande, capitale de l'empire fondé par Tamerlan en Asie centrale et occidentale. C'est un vaste ensemble architectural composé de onze mausolées. On l'appelle la nécropole du "Roi vivant", en raison de l'existence d'une légende liée à la mort de Qassim-ibn-Abbas, cousin du Prophète, protecteur de Samarcande et saint islamique.

Qassim-ibn-Abbas arriva à Samarcande au VIIème siècle avec l'invasion arabe. Il y prêcha l'Islam et y fut enterré. La légende veut qu'il ait été décapité pour sa foi mais que, gardant sa tête, il soit entré dans le Jardin du Paradis, où il vit encore.

Edifié au XIe siècle, le mausolée du Saint devint l'objet d'un pèlerinage régulier, et après l'abandon temporaire du site du à l'invasion mongole qui détruisit entièrement l'ancienne Samarcande, la famille timouride fit construire plusieurs mausolées et édifices, principalement sous le règne de Tamerlan mais aussi sous celui du petit-fils du conquérant, Ulugh Beg. Les successeurs de Tamerlan durent faire face à de nombreuses révoltes mais font figure de souverains éclairés, dont l'intérêt pour les sciences et les arts conduit à une brève éclosion culturelle au cours du XVème siècle, la Renaissance timouride. L'empire timouride tombe ensuite aux mains des Ouzbeks descendants de Gengis khan.





Plan de la nécropole musulmane de Shah-i-Zinda



Aujourd'hui, la nécropole compte près de 20 monuments. On y trouve des œuvres d'une beauté et d'une variété exceptionnelles, du mausolée octogonal de Qassim-ibn-Abba aux deux coupoles bleues du mausolée de Kazy Zade Roumi. Les mausolées sont alignés le long d'une allée, construits sur une pente dans la partie inférieure du complexe. Trois portails ou espaces voûtés (chârtâq ou tchortok) ponctuent cette rue funéraire.


Les mausolées du groupe central : A gauche, le mausolée octogonal (XVème siècle), à droite le mausolée Alim Nesefi (1385)

Le mausolée octogonal est celui de  Qassim-ibn-Abba. Il a été construit le premier, au XIème siècle, puis réaménagé au XIVème siècle, car c'était devenu le principal lieu saint de la ville.

Mausolée octogonal

Détail de la façade (on retrouve l'octogone)




Mausolée anonyme auquel a été donné le nom de l'architecte Alim Nesefi

Ce mausolée a été construit par le maître Alim Nesefi (Alim Nassafi, Alim Nasafi, Ali from Nasaf) en 1385 La décoration utilise des majoliques peintes et ciselées qui ont remplacé la terre cuite.








Mausolée d'Alim Nesefi








Portail du mausolée d'Alim Nesefi




Les mausolées timourides des XIVème et XVe siècles

Portail du Mausolée de Koutloug Aka
Ce mausolée a été construit en 1360-1361 pour une des épouses de Tamerlan (Amir Timour)








Portail du Mausolée de Koutloug Aka





Les deux coupoles bleues du mausolée de Kazy Zade Roumi (1420-1425)

Kazy Zade Roumi ou Qazi Zadeh Roumi était le précepteur d'Oulough Begh mais dans ce mausolée attribué au petit-fils d'Oulough Begh, il semble n'y avoir que des ossements d'une femme (la nourrice de Tamerlan selon certains guides)








Les deux coupoles bleues du mausolée de Kazy Zade Roumi





Mausolées du groupe nord - A gauche, la mosquée de Touman Aka, à droite le tchortak ((passage)








Mausolées du groupe nord





On retrouve dans ces œuvres les éléments caractéristiques des arts de l'Islam : la calligraphie (l'écriture arabe assure l'unité de toute la civilisation islamique), l'attention portée au décoratif, les arabesques végétales, l'importance de la géométrie. On n'y trouve aucune représentation humaine ou animale (bannies des édifices religieux). Les différents portails sont particulièrement monumentaux, comme souvent dans l'art islamique.

La nécropole est l'objet de restaurations successives au cours du XXème siècle.

Décorations intérieures :





Mausolée de Touman Aka

Décor intérieur du mausolée de Chirin Bika Aka



Mausolée de Chirin Bika Aka

Mausolée de Khodja Akhmad






Panneau décoratif du portail du mausolée de Touman Aka (1404-1405)

Touman Aka était la jeune épouse favorite de Tamerlan. Son mausolée est richement décoré de mosaïques aux décors géométriques.








Panneau décoratif du portail du mausolée de Touman Aka





Le mausolée de Chirin Bika Aka

Le mausolée Chirin Bika Aka datant de 1385 commémore une soeur de Tamerlan, il possède une coupole dont la base (tambour) compte 16 cotés. Sa décoration de mosaïques ajourées bleu sombre est dans le style de l'Iran et de l'Azerbaïdjan. Il a été restauré récemment.








La coupole du mausolée de Chirin Bika Aka








Julien Guerraz




www.mneseek.fr (partage de liens internet culturels)






rond
rond


Connectez-vous ou inscrivez-vous pour pouvoir poster une note




triangle










envoyer





Partager cet article sur facebook :
Facebook share
ou
Partager cet article par email
Conditions Générales d'Utilisation

Contact