non
non
Dernières contributions Le projet Inscription Mon espace Dernières contributions
titre_1
titre_1


liste des articles

Martine Pernelle-Troillard - Dire et sentir


Martine Pernelle-Troillard - Black Mountains
Black mountains diptyque, Technique mixte, 140x40


JG : Quand on voit tes toiles pour la première fois, on est d'abord frappé par leur dimension abstraite. Je veux dire qu'il s'agit souvent de paysages abstraits... Et puis on s'aperçoit qu'au milieu de cette abstraction, il peut y avoir des objets, des personnages, parfois du sang, des inscriptions, des symboles... Comment et à quel moment décides-tu de ce que doit contenir une toile ?

MP : C'est très variable. Je peux partir d'une information parue dans les médias, d’une lecture, d’une rencontre ou d’une émotion. Cela me donnera les couleurs et les lignes de composition principales de ma toile. Mais je peux aussi partir directement de la matière. Pour une toile comme Il pleut sur Fukushima ..., j’ai été frappée comme tous, par cette nouvelle catastrophique, sur le plan humain et écologique. Les couleurs gris et rouge, se sont imposées d’elles-mêmes : gris pour la tristesse, rouge pour les pertes humaines et la représentation d’un arbre mort pour la nature réduite à néant pour une éternité.

JG : Certaines de tes toiles ont un lien direct avec l'actualité...

MP : Je suis sensible à ce que peuvent vivre et ressentir les gens. Mes toiles sont alors la traduction d’une émotion, d’un sentiment, d’une empathie. Elles peuvent aussi répondre à une demande, lors de circonstances particulières. Par exemple, quand je vivais en Corse, une amie libraire, m’avait demandé d’illustrer sa vitrine sur Aimé Césaire. La couleur qui s’imposait, était le bleu des Caraïbes. J’ai imprimé des textes sur la vie du poète, les ai déchirés et marouflés sur la toile, puis j’ai peint une chaine descellée, symbolisant la fin de l’esclavage. J’ai appelé cette toile Poto-mitan, expression antillaise désignant le soutien familial (en général la mère) et utilisée par Aimé Césaire (Poteau-mitan) dans ses poèmes Mots et Sans instance ce sang.

JG : Tu as fait un tableau sur Miles Davis. J'imagine que c'est parce que tu aimes sa musique.

MP : Oui beaucoup ! The best est une toile que j’ai peinte en écoutant la bande originale du film Ascenseur pour l’échafaud jouée par Miles Davis et son quintet.

Martine Pernelle-Troillard - The best
The best
Technique mixte
50x60
Martine Pernelle-Troillard - Il pleut sur Fukushima
Il pleut sur Fukushima ...
Technique mixte
30x90

JG : Peux-tu me parler du tableau intitulé La crise ?

MP : J'ai peint La crise au début des années 2000, suite au krach boursier de cette époque qui a vu le Cac 40 divisé par 3… J’avais contacté un musicien du nord de la France, qui avait composé une chanson sur ce thème pour lui demander l’autorisation d’écrire quelques strophes de celle-ci sur ma toile (Nous avons d’ailleurs correspondu quelques temps et il avait mis mon tableau une fois fini, sur son blog…). Les chiffres traduisent la chute boursière et la formule commençant par http://..., la période charnière de l’éclosion d’internet dans notre société.



Martine Pernelle-Troillard - Des cendres renaitront les...
Des cendres renaîtront les ...
Acrylique et encre
100x100


Martine Pernelle-Troillard - La crise
La crise
Technique mixte
73x82

JG : Je voudrais aussi qu'on parle de Des cendres renaîtront les ....

MP : J'ai fait ce tableau au moment de l'attentat de Charlie. J’avais commencé le fond quand la nouvelle est tombée. C’était un travail de recherche sur un mixe entre acrylique et encres. Les 5 coquelicots sont nés, suite au 11 janvier. Je voulais rendre hommage aux 5 dessinateurs assassinés : Charb, Cabu, Wolinski, Tignou et Honoré. (J'aurais pu en mettre plus car il y a eu d'autres victimes). Les coulures d’encre dirigées dans différents sens, signifiaient pour moi que malgré la tragédie, je savais que d'autres allaient prendre la suite et que le journal renaîtrait.

JG : Peux-tu me parler des matières que tu utilises ?

MP : Comme peinture, depuis 2002, je n'utilise que de l'acrylique. J’utilise aussi différents médiums, du gel de structure et à peu près, tout ce que je trouve d’intéressant comme produit de récupération : ficelles, tissus, papiers, grillage, métal, bois, cartons etc… (cf. Des racines sans les ailes, Matière à …). Depuis quelques mois, je mêle ceux-ci à des encres détournées (cf. série : Mes petites encres et plus).

JG : Pour en revenir à tes préocupations « politiques », il y a aussi la toile Apartheid.

MP : J’ai peint ce tableau après le 10ème anniversaire de la fin de l’apartheid en Afrique du sud : un noir dessiné sur papier, à la mine de plomb et aux crayons de couleur, marouflé sur la toile, derrière un grillage signifiant l’enfermement.

Martine Pernelle-Troillard - Apartheid
Brume africaine
Acrylique
50x60
Martine Pernelle-Troillard - Apartheid
Apartheid
Technique mixte
50x50


JG : Dans les thèmes de tes toiles, il y a l'Afrique et l'Asie...

MP : A la Cité des Arts à Chambéry, il y a chaque année des artistes du Burkina Faso, qui viennent échanger avec nous sur leurs pratiques artistiques. Ils nous racontent leurs difficultés dans leur pays en tant qu'artistes, mais aussi en tant qu'humains. J'ai peint 2 tableaux à la suite de ces rencontres dont l’un intitulé Exode. Il traduit la fuite des populations pour échapper à la famine, aux guerres de religions ou aux rivalités tribales. Les tons chauds utilisés sont ceux de l’Afrique.
Pour l’Asie, ce sont des toiles plus anciennes…

JG : Et la calligraphie ?

MP : Période justement de toutes ces toiles faisant référence à l’Asie ! Je me suis intéressée à elle, il y a une dizaine d’année. C’était plus un intérêt pour l’esthétisme des différentes écritures que pour la technique utilisée. J’ai beaucoup lu sur le sujet et j’ai reproduit et intégré dans mes toiles, des textes choisis en fonction du thème, écrits en chinois, japonais, arabes, coptes ou autres (cf. Illusion japonaise).

JG : Dans Brume africaine, les silhouettes sont comme sculptées dans la matière...

MP : Je les ai faites en les dessinant directement sur la toile, avec un petit couteau dans du gel de structure.

JG : Certains titres de tes toiles font référence à leur matière et seulement à elle... Derrière l'ocre le bleu...

MP : Oui, parce qu’il s’agit d’un travail de recherche basé uniquement sur la couleur et la matière. Il en est de même pour la série Relief: Sienne, Prusse, Garance … Travail en multicouches, avec grattage, essuyage, qui fait remonter à la surface les couleurs sous-jacentes (cf. De Profundis) et qui me sert ensuite dans l’élaboration des fonds d’autres tableaux.
J’essaye d’évoluer sans cesse. Dès que j’ai testé une nouvelle technique ou de nouveaux produits, je me les approprie et les intègre à mes expériences précédentes pour aboutir à un travail très personnel. Quand on regarde mes toiles, je n’aimerais pas qu’on dise : «  cela me rappelle le travail d’x ou y… ».

JG : Et au niveau des format des toiles ?

MP : J’aime beaucoup les toiles carrées, mais je préfère travailler sur des formats rectangulaires. 50x60 et 70x90, 25x75 ou 30x90, principalement. Je peins rarement sur des petits formats (sauf pour les encres détournées), car j’ai l’impression que le manque d’espace entrave ma création…

Martine Pernelle-Troillard - Illusion japonaise
Illusion japonaise
Technique mixte
50x60




Interview réalisée par Julien Guerraz le 3 Juin 2015


Je remercie Martine Pernelle-Troillard pour m'avoir autorisé à reproduire ici quelques unes de ses œuvres.


Quelques extraits de presse sur l'oeuvre de Martine Pernelle-Troillard :
http://www.martine-pernelle-troillard.com/#!presse/c1exb




De nombreuses toiles de Martine Pernelle-Troillard sont visibles sur son site web : http://www.martine-pernelle-troillard.com/, avec dans la rubrique Exposition , son actualité.




www.mneseek.fr (partage de liens internet culturels)






rond
rond














Partager cet article sur facebook :
Facebook share
ou
Partager cet article par email

Conditions Générales d'Utilisation

Contact